Autisme Luxembourg a.s.b.l.
 
 
Autisme
 
 
 
 
 
 
 

Qu’est-ce que « l’autisme » ?

"L’autisme" fait partie de ces termes que la plupart des personnes ont déjà entendu mais sans trop savoir souvent ce qu'il recouvre plus précisément. Ceci peut être lié au fait que le terme "autisme" a été surtout connu du grand public, dans les années 80, par le film « Rain Man », avec Dustin Hoffmann comme acteur principal. Désormais, il existe de nombreux films qui ont abordé cette thématique (par exemple : Adam, Horse-Boy, Temble Grandin, etc…).

Comment pourrions-nous dès lors définir l’autisme plus précisément ?

Lorsque le sujet de l’autisme est évoqué, beaucoup de gens pensent qu’il n’existe qu’une seule forme de ce trouble ou ils ne décrivent que l'un ou l'autre aspect typique de l’autisme. Ceci ne correspond cependant pas à la vérité. il est normalement préférable de parler de "Trouble du Spectre de l’Autisme" (TSA). En effet, les troubles de l’autisme se réfèrent davantage à un spectre et donc à plusieurs types de manifestations et symptômes.

Plus globalement, les troubles du spectre de l’autisme font partie des "Troubles Envahissants du Développement" (TED) qui peuvent se manifester aux niveaux des interactions sociales, de la communication et de certains comportements et/ou intérêts répétitifs et stéréotypés.

Un diagnostic spécifique à l’autisme est donc indispensable en vue de déterminer précisément la nature et l'ampleur des TSA. Au Luxembourg, ce diagnostic est le plus souvent posé par un médecin spécialisé. Ce diagnostic de TSA nécessite habituellement une procédure assez complexe et longue et d'autant plus s'il se détermine à l'âge adulte.

Pour établir ce diagnostic, il existe deux classifications de référence : la "Classification statistique Internationale des maladies et des problèmes de santé connexes" (CIM-10 : dernière version) et son homologue américaine, la "Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders" (DSM-5 : dernière version).

La CIM-10 établit encore une distinction parmi les différentes formes de l’autisme (notamment le syndrome d’Asperger, l’autisme infantile, l’autisme atypique). La DSM-5 renonce à une telle subdivision et classe le "Trouble du Spectre de l’Autisme" dans le domaine des troubles neuro-développementaux. La DSM-5 englobe 5 critères diagnostiques :

  1. Les déficits persistants dans la communication sociale et les interactions sociales dans de multiples contextes.
  2. Les modes restreints ou répétitifs de comportements, d'intérêts ou d'activités.
  3. Les symptômes qui doivent être présents dans la période de développement précoce.
  4. Les symptômes qui causent une altération cliniquement significative du fonctionnement actuel dans les domaines sociaux, scolaires ou professionnels, ou d'autres domaines importants.
  5. Les perturbations qui ne sont pas mieux expliquées par la déficience intellectuelle (trouble de développement intellectuel) ou par un retard global de développement.

Le diagnostic est parfois difficile à établir car les TSA présentent souvent des comorbidités avec d’autres troubles psychiques, tels que, des troubles anxieux, des troubles de l’humeur ou encore de l’épilepsie.

Parmi les TSA, on remarque aussi une altération de la perception de l’environnement. Cette altération des perceptions peut se manifester notamment par une hypo ou une hypersensibilité à divers paramètres. Une personne atteinte d'autisme peut ainsi réagir de manière plus sensible à certains bruits ou manifester une tolérance à la douleur plus ou moins élevée que la population en général. Des altérations peuvent également apparaître au niveau de la sensation thermique : il est donc possible qu’une personne atteinte d'autisme sorte de chez elle, en plein hiver, vêtue curieusement d’un pantalon court et d’une chemise à manches courtes !

Les causes du développement des TSA ne sont à ce jour pas scientifiquement et complètement déterminées. De récentes études semblent montrer qu’il existe une corrélation déterminante entre des facteurs génétiques et environnementaux.

Les TSA ne sont pas à considérer comme une maladie et on ne peut donc pas "guérir" de ces troubles du développement. Néanmoins, à travers des prises en charge psycho-pédagogiques adaptées, les symptômes invalidants peuvent être réduits en aidant la personne atteinte de TSA à développer des compétences sociales plus adéquates ainsi que des stratégies de gestion des problèmes qu'elle rencontre au quotidien, tant dans sa vie tant privée que professionnelle.





Liens relatifs: